Connaitre l’slam

Connaitre les préceptes  de l’islam

 

L’Islam proclame l’Unicité divine absolue et exclut toute association à Dieu d’une autre divinité, tout panthéisme, toute incarnation, toute théorie d’un Dieu enfanté ou ayant enfanté, tout mystère, toute métempsycose, toute errance philosophique qui ne reconnaît pas à la foi, complément de la raison humaine limitée dans sa nature, la valeur de sa primauté et la réalité de son objet.

Le Message du Prophète (SAWS) qui confirme, précise et complète les Messages confiés par Dieu aux Prophètes bibliques et en particulier à Abraham, à Moïse et à Jésus, est un message de paix, de bonheur, de perfectionnement moral, une annonce de Bonne Nouvelle pour l’au-delà, à l’intention de ceux qui craignent Dieu et en même temps un avertissement pour les impies, les hypocrites, les imposteurs, et tous ceux qui pour un plaisir ou un intérêt éphémère violent des lois éternelles.

L’Islam condamne le vice et glorifie la vertu, adjure les fidèles à lutter pour le triomphe du Bien sur le Mal, prêche la charité, la tolérance, et interdit le fanatisme et les passions criminelles, la haine, le racisme, la cupidité, les superstitions, les pseudo miracles, le culte des idoles, les représentations figurées de Dieu, l’attachement excessif aux vaines richesses de ce monde.

Dieu est Un, Vérité des vérités et Lumière des Lumières. Sa doctrine est une : l’Islam, qui doit être attesté par des paroles et par des actes conformes aux prescriptions divines. Les turpitudes, l’exploitation du sentiment religieux, l’irrationalisme, l’immixtion de tout individu dans les rapports entre l’homme et son Créateur, le paganisme, les absolutions de péchés, sont frappés par l’Islam d’une condamnation majeure en tant qu ’imposture flagrante.

Il n’y a pas d’organisation cléricale en Islam et la vie monastique est contraire à la Tradition du Prophète (SAWS).

Il n’y a pas de place en Islam pour les confessions, les dispenses, ni pour les faux dévots qui s ’arrogent la mission de parler en son nom, ni pour les sorciers, les faiseurs de miracles, tous ceux qui en un mot, cherchent dans la religion, non une vérité transformante, un perfectionnement inlassable de la vie intérieure, une voie salutaire pour l’au-delà, mais un moyen d’abêtir les masses au point de les rendre sourdes et aveugles devant l’égarement, l’erreur et l’injustice.

L’Islam recommande la Science, honore les savants et combat l’ignorance.

Dieu dans l’Islam est un Dieu de justice, de raison et de miséricorde. A lui, appartiennent parmi les plus beaux noms, l’Eternité, l’Omnipotence, l’Omniscience, l’Immuabilité, la Volonté, la Liberté, la Perfection. L’Univers est son ouvrage. Il est transcendant à sa création.

Dieu seul est à même de connaître la signification de l’élan de l’âme et la droiture du cœur de ceux qui optent pour l’Islam comme bonne voie et règle de vie conformes à sa Sainte Volonté, car Dieu seul peut apprécier notre bonne foi, notre probité, notre ferveur, nos difficultés pour nous juger, d’après le mérite de nos efforts et non d’après le mérite de nos résultats, ou nos offrandes matérielles.

« En vérité, dans la création des Cieux et de la terre, et dans l’alternance des nuits et des jours, il y a certes des signes pour ceux qui sont doués de raison »  (Coran III.190 – El Imrân).

Naissance de l’Islam:

L’Islam est une religion révélée. Révélée à un homme de la tribu de Quraysch, Muhammad (SAWS) né vers 570 après J.C. qui s’est toujours défendu d’être pris pour un être d’essence divine ou un surhomme.  » Je ne suis qu’un homme, comme vous « , ne cessait-il de déclarer.

C’est une religion à caractère universel, affirmant un monothéisme intransigeant, sans représentation figurée, sans statue, sans mystères, sans miracles, sans sacrements.

L’Islam a eu pour berceau l’Arabie, ou plutôt cette partie de l’Arabie qui porte le non de Hidjaz. Et c’est du début du VIIème siècle après J.C. que date la révélation islamique.

Ces remarques, quelques élémentaires qu’elles soient me semblent de nature à dissiper bien des équivoques et beaucoup d’anachronismes.

On n’a, en effet, que trop tendance a considérer l’Islam par rapport à son siècle et on le juge avec les idées de son siècle. On place volontier sa naissance et son enseignement à une époque indéterminée dans le temps, où tout au moins à l’époque des Croisades et on le juge comme s’il avait été proclamé alors que les grandes religions avaient déjà réalisé leur dogme définitif et opéré leur répartition dans le monde.

Les cinq piliers de l’Islam:

1 – La Chahâda: dont la prononciation devant deux témoins musulmans est la seule cérémonie de conversion à l’islam, s’énonce ainsi :  » J’atteste qu’il n’y a pas de divinite sauf Dieu et que Muhammed est Son Envoye « .

2 – La prière:  constitue le deuxième pilier de l’Islam. Elle a été prescrite à la communauté musulmane à la Mecque lors de l’Ascension nocturne du Prophète Muhammad – prière et paix d’Allah sur lui -. L’enseignement de la prière a été transmis au Prophète par l’intermédiaire de l’Archange Gabriel (Jibrîl) – paix d’Allah sur lui.

3 – La zakat (aumône obligatoire) : La solidarité sociale envers les déshérités est considérée par l’islam comme un geste d’adoration à l’égard de Dieu, au même titre que la prière quotidienne, le jeune ou le pélérinage. C’est pourquoi a été instituée, déjà par le Coran, L’ aumône légale  » (zakât) que tout croyant doit prélever sur ses gains. Le taux le plus généralement prescrit est de 2,5%. Elle sert au financement des institutions pieuses et charitables (mosquées, hôpitaux, aide aux plus défavorisés…).

4 –  Ramadan: également orthographié ramadhan ou ramazan : رَمَضَان ou Ramaḍān) est le neuvième mois du calendrier musulman. Au cours de ce mois, les musulmans adultes ne mangent pas, ne boivent pas, et n’entretiennent pas de relations sexuelles de l’aube au coucher du soleil1. Les malades, les femmes enceintes ou qui allaitent, les femmes ou jeunes filles qui sont dans leur période menstruelle et les voyageurs, ainsi que tout individu dont ce jeûne pourrait mettre la santé en péril en sont exemptés. Le jeûne a pour but d’enseigner aux musulmans la patience, la modestie . 

5 – Le pèlerinage: à la Maison Sacrée (Al-Ka’ba) est le 5ème pilier de l’Islam. Le 1er Chawwâl, date de la fête de la rupture finale du jeûne, annonce le début de la période du Grand pèlerinage Dans la conception de1’Islam, la vie tout entière représente un temple d’adoration. Elle est rythmée par des pratiques rituelles qui font participer l’homme à la sacralisation du temps et de l’espace. Le Coran nous apprend au sujet du pèlerinage à la Maison Sacrée (Al-ka’ba), qu’ « Il incombe aux hommes, à ceux qui possèdent les moyens d’aller, par Dieu, en pèlerinage à la maison » Coran -III

Mosquée Ettouba